USA : Les 6 tendances des événements professionnels

conference Julius Solaris

Eric Amram, CEO Evenium, French Tech Ambassador et membre de MPI Northern California, témoigne pour Meet In de l’innovation technologique vue depuis la Silicon Valley. 

MPI a reçu à San Francisco Julius Solaris, éditeur de l’Event Manager Blog, pour parler des tendances les plus marquantes pour les événements professionnels. Julius a présenté le résultat de ses recherches. Il nous a courtoisement autorisé à reproduire certains slides de sa présentation.

Quand il suffisait d’une idée dans les années 80 pour remplir une salle, le web, les smartphones, YouTube, Facebook et autres Snapchat ont rendu choses beaucoup plus difficiles”, introduit Julius.

Dans ce contexte, “certains organisateurs s’en sortent extrêmement bien, sans avoir de boule de cristal ou de planche à billets. Leur méthode ? L’adaptation constante au changement”.

Première illustration avec les Millennials :

Julius souligne très justement que ces attentes sont parfaitements fondées : “ce ne sont pas les Millenials qui menacent les événements, ce sont les événements qui se menacent eux-mêmes”. Deuxième illustration, la capacité de surprendre les participants :

 

A l’instar de la Tour Eiffel qui fut édifiée à l’entrée de l’Exposition Universelle de 1889, un organisateur capable d’étonner et de susciter l’émotion rend son événement remarquable. “75% des organisateurs pensent que le Meeting Design est important”, cite Julius. L’acronyme “VUCA” (“VICA” en français) est une façon de mettre en pratique ce design de la surprise : Volatilité, Incertitude, Complexité, Ambiguïté.

Wikimedia a par exemple fait son événement dans un village, avec les participants logeant chez l’habitant. Julius ajoute : “Travailler en symbiose avec la destination, prendre en compte les lieux & destinations secondaires, favoriser l’insolite plutôt que le commun, cela crée l’inattendu.”

Troisième tendance, le volet technologique :

Julius alerte sur le risque de croire que les avancées technologiques ne sont que “hype” et qu’elles vont disparaître aussi vite qu’elles apparaissent. Autrement on risque le #FOMO (Fear of Missing Out, “la peur de rater le coche”).

Trois vagues ont déjà transformé l’événementiel et sont durablement ancrées. La 4e qu’il voit arriver en force est la Réalité Virtuelle, ainsi que l’Intelligence Artificielle.

A court terme, la vidéo 360 degrés immersive, et à plus long terme la réalité augmentée / virtuelle avec des HoloLens ou des casques comme Oculus. Concernant les premières applications de l’AI (Intelligence Artificielle), Julius prédit des “Bots Concierge” capables d’interagir avec les participants par texte ou voix, prenant en charge une partie de l’assistance aux participants, y compris la promotion avant même l’événement.

Quatrième tendance concernant les sponsors et le “bain de sang du sponsorship”. Julius note la forte tentation des entreprises de créer leur propre événement propriétaire, atteignant ainsi parfois un taux de conversion 10 fois meilleur. Paypal a par exemple monté un “Paypal store” au sein de la conférence SXSW.

Le temps des simples bannières est dépassé, il s’agit d’intégrer le sponsor dans le flot de l’événement avec pertinence, et d’être très orienté données et résultats business tangibles.

Cinquième tendance, “Engagement” (implication) des participants.

Tout le monde veut aller au paradis, mais personne ne veut mourir” ironise Julius. L’enjeu est de créer non seulement la dimension d’engagement entre la scène et l’audience, mais aussi la dimension “Peer-to-Peer” entre les participants eux-mêmes. Julius cite 6 points clefs de l’engagement : Le lieu (wifi, design, décor, utilisabilité), le personnel d’organisation, les présentateurs, l’audience, les plateformes d’interactivité (questions-réponses, affichage en direct, murs sociaux), la raison d’être.

Enfin, la sécurité est malheureusement un point sur lequel l’organisateur doit être préparé, notamment avec les risques terroristes actuels. Une technologie adaptée et une communication fluide avec son équipe permettent de faire face.

Julius rappelle en conclusion que le rôle d’organisateur événementiel est listé comme le 5e emploi le plus stressant et appelle à ce que – tout comme les enfants veulent devenir pompier ou pilote – ils puissent aussi déclamer “quand je serai grand(e), je veux être un organisateur(-trice) d’événements !”.

Pour en savoir plus, eBooks EventMB, par Julius Solaris et son équipe :

Event Tech Bible

Meeting Design

Event App Bible

The Future of Event Sponsorship

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

comment *

  • name *

  • email *

  • website *

Ads

Vous Aimerez Aussi

JO&JOE

Jo&Joe signe avec Quicksilver et Roxy pour sa 1ère adresse

Jo&Joe, la marque du groupe AccorHotels dédiée aux Millennials ouvrira sa première Open House ...

lodge extérieur

Digital detox au Country Lodge

C’est à un break ressourçant qu’invite le Country Lodge et son environnement verdoyant. A ...

ABONNEZ-VOUS À

NOTRE NEWSLETTER

Nom

Prénom

Fonction

Secteur

Pays

Email

Merci, votre inscription a bien été prise en compte.

ABONNEZ-VOUS À

NOTRE NEWSLETTER

Nom

Prénom

Fonction

Secteur

Pays

Email

Merci, votre inscription a bien été prise en compte.