Que peuvent les maires pour les événements responsables ?

     

    L’écologie devrait être au centre des débats des prochaines Municipales. Pour la première fois, le Réseau Éco-Événement contribue à sa manière à cette élection à travers un plaidoyer à l’attention des maires de France. Avec pour objectif, rappeler que les événements sont un atout pour la transition écologique dans les communes.

    Le Réseau Éco-Événement (REEVE), créé à Nantes en 2013, s’invite dans la campagne des Municipales avec un courrier destiné aux maires afin de les sensibiliser à la question de l’activité événementielle sur les territoires. Dans cette missive qui se veut un plaidoyer, le réseau rappelle notamment aux candidats que « pour encourager les citoyens à entrer en transition écologique, il apparaît essentiel de la rendre plus palpable, concrète, désirable et joyeuse. C’est là toute la raison d’être des événements : ceux qui jalonnent nos différentes vies de citoyens, de consommateur.rice.s et de membres de communautés professionnelles ou familiales, ceux qui font le sel de nos vies et permettent de nous rassembler, de construire un récit collectif, de partager nos émotions. » Diffusé via les réseaux sociaux, ce plaidoyer a également été adressé par courrier à plus d’une centaine de maires. 

    Afin d’accompagner les futurs édiles invités à prendre en considération l’enjeu des événements comme atout de la transition écologique sur notre territoire, le réseau Éco-Événement propose des mesures concrètes pouvant être intégrées dans les programmes politiques. 

    10 actions concrètes et de terrain proposées :

    1 : Faire cesser le gaspillage lors des événements (économie circulaire, zéro déchet)

    Interdir les gobelets plastiques jetables (tout type de plastique) sur tous les événements ayant lieu sur la voie publique. Rendre le tri obligatoire sur tous les événements. Objectif zéro gaspillage alimentaire sur les événements.

    2 : Favoriser le raccordement aux réseaux d’électricité, d’eaux ou d’effluents

    Nos villes regorgent d’infrastructures pérennes permettant d’éviter le recours à des dispositifs temporaires tels que des groupes électrogènes, des toilettes chimiques ou des bouteilles d’eau. A moyen terme : faisons évoluer nos plans d’urbanisme, à l’image du quartier du spectacle à Montréal pour rendre l’espace public apte à accueillir des événements.

    3 : Promouvoir une alimentation durable

    En lien avec le projet alimentaire territorial (PAT), favorisons les produits locaux, de saison, achetés en circuits courts. Ré-apportons la gastronomie dans nos fêtes, des ingrédients de qualité, certifiés par les labels adaptés. Un soin particulier aux produits animaliers qui représentent actuellement une part importantes de nos émissions de gaz à effet de serre. choisissons la qualité à la quantité. Valorisons mieux les protéines végétales.

    4 : Impulser des nouvelles manières d’accéder aux événements

    En lien avec le plan de déplacement urbain existant ou en faisant évoluer celui-ci, les événements représentent d’excellents déclencheurs de changements de mobilité : à vélo, en covoiturage, en transports en commun, favorisons la mobilité active.

    5 : Favoriser l’optimisation et la mutualisation des ressources des communes

    Les ressources de nos communes ne sont pas illimitées. Optimisons la mutualisation de matériels (poubelles, gobelets, rampes d’accès, sono, tentes…) et des lieux. Incitons les organisateurs à travailler ensemble pour éviter la dispersion des moyens et à développer des coopérations.

    6 : Adapter nos événements aux risques météorologiques accrus

    Très dépendants aux conditions météorologiques que les dérèglements climatiques rendent de plus en plus capricieuses (canicules, sécheresses, pluies et tempêtes), les organisateurs doivent dès aujourd’hui se prémunir des risques d’annulation, de sécurité sur les publics et de pertes économiques majeures. Formons les organisateurs et collectivités, adoptons de nouvelles stratégies (plan d’urgence, de report, dispositifs de prévention…). Concernant la manière de mobiliser les acteurs

    7 : Tendre vers l’exemplarité de la commune

    La ville se doit d’adopter en priorité les bonnes pratiques mentionnées ci-dessous pour inciter les autres organisateurs à se mobiliser.

    8 : Faire entrer les organisateurs en transition

    Des dispositifs d’accompagnements opérationnels, matériels, pédagogiques doivent accompagner les organisateurs dans le changement de leurs habitudes. Des fiches bonnes pratiques, des ressources en lignes devraient être mises à disposition.

    Malheureusement, les retours d’expériences montrent que les comportements volontaires ne sont pas suffisants, la ville doit se doter de dispositifs contraignants et progressifs tels que ​l’éco-conditionnalité.​ Celle-ci peut se faire tant sur la mise à disposition de l’espace public que sur les ressources matériels ou les subventions. Leur mise en place doit être concertée avec les organisateurs pour améliorer leur acceptabilité.

    Toutes les parties prenantes doivent être impliquées : Direction générale, artistique, sportive, technique, financière…

    9 : Valoriser les acteurs locaux émergents : Economie sociale et solidaire (ESS), entreprises embarquées dans la RSE, innovations numériques

    Le nombre d’acteurs issus de l’ESS d’envergure locale, régionale ou nationale ne cesse de croitre. C’est un vivier d’emplois, de lien social et d’innovations. A tel point qu’il nous est possible d’affirmer que l’ensemble des solutions techniques existent déjà pour permettre aux événements de devenir soutenables et exemplaires. La collectivité ne peut pas tout opérer et devrait jouer un rôle de facilitateur au sein de son territoire.

    10 : S’inspirer / raccrocher aux initiatives existantes

    Les candidats, les municipalités, les intercommunalités ne partent pas de rien et ne sont pas seules ! De nombreuses autres collectivités ont déjà initié des actions sur la base des 9 premiers engagements. Collectifs, associations, rencontres, référentiels et outils opérationnels.

    Plaidoyer à télécharger sur : http://bit.ly/2VkqyQJ

    © stock.adobe.com

    • Laurence Rousseau

      directrice de la rédaction

      Aux commandes de la marque Meet In depuis 2000, Laurence poursuit l'analyse de l'univers de la rencontre événementielle pour lui donner sa juste résonance médiatique.

    • Voir les commentaires (0)

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Ads

    Vous Aimerez Aussi

    salle de cinema jardins du marais

    Se payer une toile aux Jardins du Marais

    L’hôtel parisien Les Jardins du Marais s’est doté d’une petite salle de cinéma privatisable. ...

    Vincent Bruneau

    La brève interview de…

    VINCENT BRUNEAU, FONDATEUR ET CEO DE MAGENCY  Pas de blabla, ni d’éléments de langage ...

    Montreux vue du centre de convention

    Montreux et son 2m2c performent

    Le Montreux Music & Convention Centre (2m2c) a vu son chiffre d’affaires avoisiner les ...

    ABONNEZ-VOUS À

    NOTRE NEWSLETTER

    Nom

    Prénom

    Fonction

    Secteur

    Pays

    Email

    Merci, votre inscription a bien été prise en compte.

    ABONNEZ-VOUS À

    NOTRE NEWSLETTER

    Nom

    Prénom

    Fonction

    Secteur

    Pays

    Email

    Merci, votre inscription a bien été prise en compte.